DRDJSCS des Pays de la Loire

DRDJSCS des Pays de la Loire

Newsletter
Retour à la page d'accueil
>SPORTS >Sport et Santé >Promotion et développement de la pratique des APS comme facteur de santé publique >La pratique des activités physiques et sportives comme facteur de santé publique

La pratique des activités physiques et sportives comme facteur de santé publique

Article SPORTS 24/02/2016

La DRDJSCS conduit avec d’autres départements ministériels et
d’autres partenaires, notamment les collectivités locales et le secteur associatif, une politique publique
« Sport – Santé – Bien-être » dont le but est de promouvoir les activités physiques et sportives comme facteur de bien-être et de santé.

Il s’agit d’utiliser le sport comme vecteur pour :
- prévenir,
- accompagner un traitement,
- faire reculer la récidive.

Cette politique a été renforcée avec :

L’instruction interministérielle du 24 décembre 2012 et les plans régionaux "Sport santé bien-être"

Cette instruction du Ministre des sports et du Ministre de la santé relative à la promotion de la pratique des APS comme facteur de santé publique institue la mise en place d’un plan sport et santé pluri annuel co-piloté dans chaque région par la DRDJSCS et l’ARS.

En pays de la Loire, le plan régional sport santé bien-être (PRSSBE) a été rédigé et signé par l’ARS et la DRDJSCS le 13 juin 2013. Il a une durée de 3 ans.

La loi relative à la modernisation du système de santé et la prescription médicale d’APS

Promulguée en janvier 2016, elle s’articule autour de plusieurs axes dont l’un fait de la prévention le socle de notre système de santé. Elle prévoit une mesure dite "sport sur ordonnance" qui consacre l’usage thérapeutique du sport permettant aux médecins traitants de prescrire des activités physiques adaptées aux patients atteints d’Affection de Longue Durée (ALD) : diabète, maladies coronariennes ou neurologiques, cancers, etc.. Le principe est d’intégrer, dans le parcours de soins des patients, des pratiques thérapeutiques non uniquement médicamenteuses dont l’activité physique, lorsqu’elle est adaptée à la pathologie, aux capacités physiques et au risque médical du patient, fait partie. Elle pourra ainsi venir en complèment des traitements traditionnels.